Vous trouverez ici tous les détails vous permettant de réaliser vous-même cet itinéraire incroyable ! Mais attention, comme vous le savez, obtenir de belles photos demande courage et persévérance ! L'itinéraire a été réalisé sur 5 jours à partir de Bruxelles et est donc possible dans ce timing. Il impose alors des journées chargées du lever au coucher du soleil. Cela n'étonnera pas les photographes aguerris qui connaissent la qualité de la lumière à ces moments-là mais ne dois pas décourager les autres... !
Réalisé en automne, cet itinéraire présente plusieurs avantages...  un ciel souvent plus intéressant (si vous pouvez éviter les ciels totalement bouchés et la pluie) et des journées plus courtes permettant d'éviter de se lever trop tôt et de se coucher trop tard ! Reste que la fatigue sera bien présente au terme du road trip... mais rien ne vous empêche de prolonger un peu votre séjour pour éviter qu'il ne soit trop dense ! Quoi qu'il en soit, pour moi et pour une première expérience... c'était juste parfait ! reste qu'il faudra y retourner un jour pour voir le reste de la Bretagne qui n'est que partiellement couverte par cet itinéraire !

Couverture.png

Pour accéder directement au livre photo reprenant mes photos préférée de ce road trip, cliquez sur le livre.

En résumé (cliquez sur les jours pour dans la section correspondante)

Etapes.png

Etapes

photo.png

Spots photos

Le Mont Saint-Michel (Normandie) !

Le Fort La Latte, le cap Fréhel, la plage du Lédano, la maison du gouffre, la côte de granit rose , le phare Men Ruz

Le phare de Pontusval, le village de Meneham, la presqu'île Saint-Laurent et le phare du four, Lanildut, le phare de la pointe Saint-Mathieu

Jour 4 : La pointe de St-Mathieu - Carantec  - 125 km  (2h09)

Presqu'île de Kermorvan (phare et batterie), coffre de Porz Pabu, pointe de Corsen, Fort de Bertheaume, Phare du Minou

Jour 5 : Carantec - Bruxelles - 878 km (8h56)

Saint-Malo, Etratat (Normandie)

Road trip bretagne.png

Préparation et matériel !

Avant de réellement démarrer, un road trip, cela se prépare ! Sans rentrer dans les détails de tout cela, quelques mots sur ma préparation et sur le matériel que je prendrai avec moi.

Question préparation, j'ai principalement utilisé Locationscout et google. Le premier site m'a permis de trouver des spots photos intéressant dans la région ; spot que 'j'ai ensuite creuse sur base de recherche sur le web. Petit à petit j'ai pointé les différents éléments sur une carte avant de faire une première estimation des distances entre les lieux et de voir comment ils pourraient se répartir intelligemment pour profiter au mieux des débuts et fin de journée. 

 

Une fois les sports de lever et de coucher du soleils déterminés, J'ai booké les hôtels et affinés ensuite l'itinéraire en emplissant peu à peu mes journées.  Pour affiner le tout, j'ai utilisé visiorando afin de créer mes itinéraires randonnées et de me faire une idée quant aux kilomètres de marche que j'allais réaliser et mappy pour estimer les distances et durée de trajet. Je me suis retrouvé avec un petit document d'une dizaine de page reprenant toutes les infos (y compris heures de lever et de coucher du soleil + heures des marées pour les lieux où c'était pertinent) et quelques photos faites sur les lieux où je passerais afin de ne pas oublier les spots intéressants.

 

Bref, vous le voyez, préparer un road trip, afin de profiter pleinement des lieux, demande un peu de préparation. Vous trouverez-ci joint mon road book à titre exemplatif. (je vous le livre tel quel, sans le retravailler)

 

Question matériel, je ne suis pas professionnel mais me suis peu à peu équipé ces cinq dernières années. Outre le matériel déjà en ma possession, j'ai réinvesti avant de partir dans un bon trépied étant donné que je voulais pouvoir m'essayer un peu à la pos longue (assez intéressant potentiellement dans cette région venteuse et en bord de mer). et dans une housse imperméable pour mon appareil en cas de pluie. Ben oui, j'ai déprimé toute la semaine précédent le voyage en voyant peu à peu la météo changer et le ciel devenir de plus en plus pluvieux sur l'application que j'utilise pour gérer cet aspect des choses ! Stress inutile car on ne peut de toute façon rien prévoir et car finalement, si j'ai croisé la pluie chaque jour, j'ai aussi bénéficié de ciels magnifiques par moment !

Bref, question matériel, voici avec quoi je suis parti :

- Appareil photo canon EOS 6D mark II

- Objectif Tamron SP 24-70 mm F/2/8 Di VC USD

- Objectif Tamron SP 15-30 mm F/2.8 Di VC USD G2 A041

- Objectif Tamron SP 700-200 mm F/2.8 Di VC USD G2 A025

- Kit de filtres circulaires NISI 82 mm ND neutres (3, 6, 10 et 15 Stops)

- Un trépied Manfrotto MT190XPRO4 Trépied en aluminium  + tête de trépieds Manfrotto MH804-3W

- Un pack de trois batterie + chargeur pour ne pas tomber à court

- 3 cartes mémoire 

- un minuteur pour déclencher à distance et pour travailler en mode Bulb (avec piles de rechange)

- De quoi nettoyer mes appareils et objectifs 

- Mon GSM pour les itinéraires randos et avoir une lumière d'appoint pour les débuts et fin de journée

- Mon portable pour traiter quelques photos en court de route

- Et un bon sac à dos pour mettre tout cela d'autant que les objectifs pèsent leur poids ! Et oui, Tamron a l'avantage d'être bien moins cher que les montures canon mais est aussi bien plus lourd ! 

Etapes.png

Jour 1 : Bruxelles - Plurien - 686 km (6h51)

photo.png

Le Mont Saint-Michel (Normandie) !

Vous vous direz qu'il faut bien être belge pour commencer un road trip en Bretagne par un spot photo qui se trouve en Normandie... et bien oui... sur mon itinéraire, quoi de plus naturel !

Je sais donc bien que le Mont Saint-Michel ne se trouve pas en Bretagne... mais comment résister à ce premier spot photo pour moi qui n'y ai jamais mis les pieds.
Et si vous planifiez peut-être un road trip dans la région... pas de souci... le Mont Saint-Michel se  trouvant à  moins  de 10 km de la Bretagne,  il  ne  s'agira  pas d'un 

Mont Saint Michel.jpg

grand détour si vous souhaitez aussi passer par là ! Plutôt lève tôt, j'avais prévu de quitter Bruxelles vers 7h du matin histoire de passer la fin d'après-midi et la soirée au Mont Saint-Michel (horaire adéquat au vu des heures de marées de cette période... pensez à les vérifier histoire de ne pas vous faire surprendre !). Excité par le départ, je me suis finalement réveillé à 4h du matin et n'ai pu me rendormir. Je me suis donc mis en route vers 4h30 et suis arrivé au Mont Saint Michel à 10h45 ! L'idéal pour profiter pleinement du lieu et faire des tours et détours afin de trouver des spots photos intéressants.

En réalité, je n'ai même pas pu attendre d'être au parking pour m'arrêter plusieurs fois sur le bord de la route avec l'envie de prendre en photo ce paysage tellement atypique, voir même un peu surréaliste. La photo postée ci-dessus est une des premières réalisées et me laisse déjà entrevoir l'infinie possibilité d'exploiter ce sujet dans les heures à venir. Le mont a l'air littéralement déposé sur le sol par quelqu'un qui l'aurait oublié là ! Je sens que la journée commence bien. En plus, arriver tôt va me permettre de profiter de différentes lumières et ambiances que pourront offrir ce lieu... d'autant que le temps semble changeant variant du plein soleil au ciel couvert et à la faible bruine qui me rappelle mon plat pays ! 

Une fois au parking je m'équipe (une veste coupe-vent et imperméable n'est pas un luxe pour un road trip en Bretagne), sors mon itinéraire ballade et me mets en route. L'itinéraire repasse par la route que je viens de faire en voiture mais quitte ensuite rapidement le bitume pour s'enfoncer à travers la baie. Cette première partie est déjà super intéressante et m'offre te temps à autre l'occasion de trouver de belles lignes de fuites, de jouer avec les perspectives ou encore de faire quelques belles rencontres avec les montons qui broutent tranquillement sans être le moins du monde perturbé par mon passage ! Sur ces chemins un peu éloignés qui 'n'attirent pas trop les nombreux touristes qui se pressent dans les navettes gratuites menant directement au Mont, on a réellement  l'impression d'être revenu quelques décennies en arrières oubliant déjà le tumulte du quotidien habituel !

Mont Saint Michel-8.jpg

Après cette première immersion en pleine nature, l'itinéraire retrouve, sur la fin, la passerelle qui mène au Mont Saint-Michel. Je la traverse pour me diriger vers le barrage qui offre une jolie vue sur le site. Vu l'heure et le positionnement du soleil, l'endroit n'est pas super poru le moment et je décide d'y retourner en soirée espérant avoir un peu de temps pour cela mais conscient que cela me rajoutera sans doute quelques kilomètres à mon itinéraire. Ayant plus de temps que prévu;... pourquoi pas !

Direction donc le Mont Saint-Michel.  En chemin, je quitte de temps en temps la route principale afin de chercher des points de vue intéressants. A tout moment des opportunités photos apparaissent... il suffit de garder l'œil ouvert ! Arrivé au Mont, j'ai d'abord prévu d'en faire plus ou moins le tour... pas totalement et attention à bien s'équiper pour ceux qui souhaiteraient réellement le faire... selon les saisons et la montée des eaux, c'est plus ou moins aisé et praticable ! Personnellement je n'étais pas loin des grandes marées et ai donc préféré me limiter à un arc de cercle sur l'avant du mont qui m'a déjà offert quelques jolies opportunités et permis la réalisation de quelques panoramas intéressants donnant par moment l'impression que cette ville a été littéralement déposée en plein désert !

Mont Saint Michel-17.jpg

Voilà à peine deux heures que je me balade et respire à plein poumon cet air embaumé de sels marins et je me sens déjà totalement déconnecté de mon quotidien. Il est temps à présent de pénétrer à l'intérieur des remparts de la ville. Je choisis de le faire par l'entrée de la tour Gabriel qui offre une jolie vue sur la baie et permet d'éviter un peu la foule... car foule il y a et être au Mont Saint Michel en pleine heure de midi et en plein congé de Toussaint n'est visiblement pas une très bonne idée pour faire des photos... trop de monde... beaucoup trop de monde ! Si vous pouvez faire ce road trip en dehors des congés scolaires... n'hésitez donc pas une seconde. Si la  foule présente n'empêche pas de faire quasi instantanément un bond de 500 ans en arrière et de m'imaginer sans effort au Moyen-âge... il me faut faire preuve d'un peu d'imagination pour tirer l'un ou l'autre cliché... 

Mont Saint Michel-18.jpg

Ma montée et ma visite de l'abbaye (en travaux !), m'offrent toutefois l'une ou l'autre opportunité en m'obligeant de sortir de ma zone de confort. l'exercice n'est donc pas inutile ! Ah oui, dernier détail, l'itinéraire de la balade réalisée que je vous propose ici ne tient pas compte de la ballade dans la ville. Libre à chacun de vous de vous laisser porter par vos envies... mais cela rajoute vite 2 ou 3 km... et surtout pas mal de dénivellation et d'escaliers ! Bon à savoir aussi... si vous n'avez pas pris votre pique nique, vous trouverez sans mal à vous sustenter sur place !

Du haut de l'abbaye, la vue sur la baie est réellement splendide et permet quelques photos abstraites et minimalistes mais le temps passe inexorablement et souhaitant avoir l'un ou l'autre cliché du mont Saint -Michel à l'heure bleue, il est doucement temps de quitter le lieux.

Je me redirige donc vers la passerelle que j'avais déjà empruntée à l'aller et vais jusqu'au barrage pour prendre l'un ou l'autre cliché avant de revenir plus près du mont pour profiter des courbes de la route qui  devrait offrir une belle ligne de fuite pour mes photos de fin de journée.  En Novembre, le mont n'est pas réellement illuminé. Il faut le savoir. Ceci n'empêche toutefois pas de prendre quelques beaux clichés ou de jouer, en pause longue, avec les phares des navette pour chercher quelques effets sympathiques. Reste qu'il est difficile 

d'éviter les badauds qui quittent peu à peu les lieux. Sentant la fatigue arriver et ayant encore un peu de route pour rejoindre mon point de chute du jour en Bretagne, je décide de ne pas attendre trop longtemps... de toute façon, c'est certain.je reviendrai un jour tant les lumières et ambiances qui baignent ce lieux doivent offrir, à chaque fois, de nouveaux clichés et de nouvelles opportunités d'immortaliser des paysages différents.
Il n'est que 19h30 mais il me reste  1h30 de route et je n'ai pas encore souper. Debout depuis 4h, la journée aura été bien remplie... mais que de plaisir et de moments déjà magiques ! Pour le reste vous trouver
 l'ensemble des autres photos réalisées ci-dessous en espérant que ce premier jour, de par ce partage, vous aura plu et donné envie d'y aller autant qu'à moi d'y retourner !!!

Mont Saint Michel-25.jpg
Etapes.png

Jour 2 : Plurien - Plounéour 257 km (4h50)

photo.png

Le Fort La Latte, le cap Fréhel, la plage du Lédano, la maison du gouffre, la côte de granit rose , le phare Men Ruz

Après une première journée en Normandie, me voici donc en Bretagne.
Pour démarrer ce road trip, j'ai choisi le château de la Roche Goyon (ou château de la Latte) situé à quelques kilomètres à peine de Plurien.. 

J'ai construit mon itinéraire de manière à pouvoir capturer un maximum de lever ou de coucher du soleil dans des paysages incroyables.
Du coup, pas besoin de me lever trop tôt (bien que tout soit relatif) et c'est vers 6h du matin que démarrent donc mes aventures du jour.

 

Après quelques minutes de routes, je trouve le parking du château. Situé à l'orée d'un bois, il est évidemment totalement désert à cette heure. Les places sont toutes situées sous un épais feuillage formé par les arbre alentours.  Je suis un peu plus tôt que prévu, le noir est total et le calme absolu. Pas un bruit ne vient troubler la quiétude des lieux. Je sors de la voiture. N'ayant pas l'habitude de ces situations, c'est un peu stressé que je m'équipe et que je mets en route. J'allume le gps de mon GSM pour me guider. Je suis bien à temps... tant mieux... je serai serein pour trouver un endroit qui me convient. C'était toutefois sans compter sur le fait qu'après à peine 100 mètres de marche je me retrouve nez à nez avec une grande grille métallique qui me barre la route. Dessus les horaires du château me font comprendre que je ne pourrai passer par là avant au moins deux heures ! En préparant mon périple j'avais vu pas mal de photos du château visiblement prises de loin, de la côte ou de criques. Je reste un instant perplexe devant cette grille. Impossible que les spots photos identifiés en préparant mon itinéraire soient tous inclus dans la portion qui semble inaccessible pour le moment (qui me semble car, dans le noir, je n'avais pas vu qu'à moins de 10 mètres de là partait un petit chemin qui m'aurais permis d'éviter quelques kilomètres dans le noir !).

web j2-2.jpg

Je décide donc de faire marche arrière afin de trouver un autre chemin qui mènerait aux spots identifiés. Reste que pour contourner cet obstacle et ne pas me perdre, le détour est un peu long. Je risque de louper l'instant que j'étais venu chercher et me mets donc en mode "marche rapide" ! D'après ce que je vois sur mon GPS, j'en aurai au moins pour une vingtaine de minutes de plus que prévu avant d'arriver sur les lieux. Qu'importe... d'un bon pas je devrais encore arriver à une heure intéressante. Je louperai sans doute le début de l'heure bleue... mais pas le lever du soleil. Je sais que l'idéal pour faire des photos réussies est de repérer les lieux auparavant... mais avec un road trip d'à peine 5 jours, j'ai planifié les choses sans perdre du temps pour des repérages... on ne peut pas tout avoir !

Le chemin que je prends s'enfonce peu à peu dans les sous-bois et arrive ensuite à flanc de falaise. Je commence alors à longer la côte sur un petit sentier boueux et glissant et espère, à chaque instant, voir se dresser devant moi le château tant attendu. Le calme absolu a laissé place au bruit des vagues s'écrasant sur les rochers. L'heure bleue démarrer et la nuit noire laisse peu à peu place à cette ambiance typique qui précède le lever du soleil. Il faudra quelques bosses et fosses, quelques virages aussi... mais le jeu en vaudra la chandelle... après une petite vingtaine de minutes de marche, voilà que je le découvre pour la première fois, imposant, majestueux, tout simplement impressionnant. Je prends quelques clichés tant qu'il fait encore un peu sombre... puis me remets en route. Le ciel change peu à peu de couleur. Il se pare de rose, de magenta et de jaune. Le soleil ne va plus tarder. Il ne se lèvera pas derrière le château mais à l'opposé de celui-ci. Qu'importe, le spectacle risque d'être bien beau lorsque ses premiers rayons viendront caresser ces vieilles pierres. 

web j2-3.jpg

Le chemin continue à serpenter à flanc de falaise. Une haie se dresse le long de celui-ci pour me protéger du vide... mais m'empêche aussi de prendre des photos. Ci et là, toutefois, de petites brèches me permettent de profiter du paysage et du spectacle envoûtant qui se joue à l'horizon.

Un peu plus loin, c'est par une de ces brèches que j'ai pu prendre la photo ci-dessous. Les falaises guident le regard peu à peu vers le château. La composition est idéale et permet de mettre en valeur l'imposante forteresse médiévale dans sont cadre naturel. Les couleurs de l'automne s'accordent à merveille avec le noir des roches et les bleus de la mer et du ciel. Waouh, ce voyage en Bretagne commence bien. Ce premier spot est déjà un régal !

Il ne me reste plus qu'à trouver une petite crique pour obtenir un point de vue en contrebas. Après un premier essai infructueux, je trouve, sur la droite, un petit sentier qui descend vers le rivage. L'endroit est parfait. Etant seul, je pose mon matériel et me met à explorer les lieux à la recherche d'un cadrage intéressant. 7h57, le soleil pointe le bout de son nez. Je joue un instant avec lui, le faisant s'étoiler à la bordure d'un rocher grâce à des petites ouvertures (f/22). Je me reconcentre ensuite sur le fort de la Latte qui, touché par les premiers rayons du soleil, se teinte peu à peu d'une douce couleur jaune dorée. Je resterai encore un peu place afin de profiter du spectacle avant de reprendre le route en direction du fort. Passé celui-ci, je continue vers le sud (vers le cap Fréhel) tout en me retournant de temps en temps jusqu'à trouver un dernier point de vue intéressant avant de rejoindre le parking..   Pour  ceux  qui  souhaiteraient  voir  le  soleil  se

web j2.jpg
web j2-33.jpg

Situé à quelques kilomètres de là, je mets environ 10 minutes pour rejoindre le cap Fréhel. Les plus courageux ou les moins pressés peuvent simplement continuer, une petite heure, le sentier que je venais de quitter au fort la Latte (GR34 - sentier des douaniers) afin de rejoindre cet autre spot bien intéressant lui aussi. Pour ma part, espérant y être quand même avant la foule, c'est en voiture que je rejoins les lieux. 

Perché en haut de falaises qui atteignent jusqu'à 70 mètres de haut, le phare du cap Fréhel et son ancêtre trônent fièrement face à la manche.  Classé pour son intérêt ornithologique et pour le bon état de ses landes côtières l'endroit vaut assurément le détour, Pour être certain de ne pas courir derrière le temps, je ne fais pas la ballade prévue mais je vous la laisse toutefois ici. Après une petite heure sur place à arpenter les lieux, je me remets en route direction Plougrescant. 

lever derrière le château, c'est ici qu'il faut alors venir se poster !  Au final, je ne regrette pas le détour réalisé en début de parcours et qui m'aura permis de prendre petit à petit la mesure des lieux tout en m'immergeant dans l'ambiance de celui. Je vous poste ici le lien vers le gpx de la balade finalement réalisée.

Sur le chemin, petite halte imprévue. En préparant le voyage, j'avais vu nombre de photographie de bateaux qui m'avaient intéressées. Il y en avait de toutes sortes ; à marée haute ou à marée basse, échoués sur le sable telle des épaves d'un autre temps ou flottant fièrement prêt à affronter vents et marées, pris de loin ou de près au grand angle,,... Le sujet semblait inépuisable et assez inspirant. Je m'étais dis que j'aurais certainement l'occasion de m'arrêter l'une ou l'autre fois afin de m'essayer à cette thématique. Je ne m'étais pas trompé. Il ne m'aura pas fallu plus d'une demi journée pour trouver un premier spot potentiel. Sur le trajet de Plougrescant, le long de la route ,je tombe par hasard sur le petit port de Paimpol. Le ciel est chargé, la lumière me semble intéressante, le vent est quasi inexistant et la surface de l'eau est lisse comme un miroir... je craque et décide de faire halte quelques minutes avant de me remettre en route. J'aime beaucoup l'ambiance et la lumière de la photo ci-contre prise à ce moment.

web j2-41.jpg

Détour compris, c'est donc environ 2h30 après avoir quitté le cap Fréhel que j'arrive au parking du site de Plougrescant. Toujours dans les Côtes-d'Armor, plus au sud que mes haltes précédentes, en parcourant mon petit itinéraire élaboré pour ce site, j'y découvre des paysages insolites et surprenants. Outre le gouffre et Castel Meur, c'est le rivage découpé et parsemé de formations rocheuses qui attire directement mon regard. De  toute  part  la  mer vient inlassablement  s'échouer sur  un tapis de  roches  érodées  laissant  derrière elle une 

web j2-63.jpg

écume omniprésente comme trace de son passage. L'endroit vaut réellement le détour et les occasions d'immortaliser les lieux ne manquent pas. 

 

Ci-contre, Castel Meur, . Ne vous laissez toutefois pas piéger par son nom (qui signifie "grand château"), car il s'agit en fait d'une petite maison littéralement coincée entre deux immenses rochers.

Question photo, pour profiter pleinement de son reflet dans la nappe d'eau se situant devant elle, il faut espérer une sérieuse accalmie en ce qui concerne le vent ! Dommage car pour les autres spots du site, le vent se révèle un allier bien intéressant pour animer le littoral et rendre les paysages encore plus intéressant.

Après une petite heure passée sur les lieux, je me remets en route vers ma dernière étape du jour, Ploumanac'h et sa côte de granit rose. L'endroit est à peine à 40 minute d'ici mais je souhaite y être bien à temps pour parcourir la côté et, peut-être, profiter d'un beau coucher de soleil sur le phare de Mean Ruz.

Pour profiter de la côte et des paysages, je me suis garé peu après le point de vue du Turquet de Beauregard, sur un parking accessible depuis le boulevard du sémaphore. De là, un sentier part et longe la côte (GPX ici) sur quelques kilomètres pour rejoindre le phare de Mean Ruz qui devait constituer l'apothéose de cette journée.
En quittant la voiture, le temps n'est pas au beau fixe. Il bruine un peu. Par chance, cela s'arrête rapidement. La côte est belle et la balade agréable mais le temps et la bruine régulière, peux propices à des arrêts photos. Qu'importe, l'important est que cela se lève plus tard... j'espère !  Le ciel reste finalement menaçant tout au long de mon périple... mais donc aussi intéressant ! Arrivé au phare, le vent est toujours de la partie et permet de prendre quelques photos de la mer agitée. Quelques unes d'entre elles sont reprises dans le diaporama ci-dessous. J'attendrai finalement une petite heure sur les lieux que le soleil se couche avant de faire demi-tour pour retrouver la voiture.  Sur le chemin du retour, je décide de ne pas boucler la boucle initialement prévue mais de revenir sur mes pas. Je repasse alors par la cale de Porz-Camor que j'avais déjà photographiée à l'aller mais qui m'offre à présent, à l'heure bleue, ce qui sera une de mes photo préférée de mon circuit. Une image similaire a été utilisée dans la section "arrêt sur image" pour vous montrer la façon dont s'est construite l'image et le travail de post-traitement réalisé.

web j2-111.jpg
Cale de Forz-Camor à Ploumanac'h à l'heure bleue - photo d'art

C'est finalement vers 18h30 que je quitte le site. Le chemin du retour m'offre encore quelques occasion de profiter du paysage. Les petites criques ont pris un tout autre aspect et le ciel chargé de nuages donne un air dramatique à l'horizon qui se dessine au loin. La fatigue me gagne peu à peu et, malheureusement, je ne prends plus toujours le temps d'installer mon trépieds. Toutes les photos ne sont donc pas à 100 iso pour cette partie... mais donne néanmoins une idée du potentiel des lieux. Arrivé à la voiture après une journée assez lourde en kilomètres de balade, il me reste 2 heures de route pour rejoindre une maison d'hôtes à Plounéour-Brignogan-plages.
21 heures, j'arrive à bon port et suis accueilli par le propriétaire des lieux avec un petit kir breton. Malgré la fatigue qui commence déjà à s'accumuler, je passe un petit moment en sa compagnie à écouter l'une ou l'autre légende de la région. Voilà une bien belle journée qui se termine avec son lot d'images dans la tête... que je vous laisse découvrir ci-dessous.

Etapes.png

Jour 3 : Plouneour - La Pointe de St-Mathieu -
85 km (1h59)

photo.png

Le phare de Pontusval, le village de Meneham, la presqu'île Saint-Laurent et le phare du four, Lanildut, le phare de la pointe Saint-Mathieu

Logeant à Plounéour-Brignogan-plages, située sur la côte des légendes, j'ai à peine une dizaine de minutes de route avant de me retrouver sur le lieu de mon premier spot du jour. Si la légende du Korrigan qui m'a été contée la veille me trotte toujours en tête au moment de me lever, elle ne m'empêche toutefois pas de me mettre en route, vers 6h45, pour aller profiter d'un bien joli spectacle au phare de Pontusval.

 

Érigé sur la pointe de Beg-Pol suite aux nombreux naufrages qui eurent lieux sur cette côte qui manquait de balisage, ce petit phare, assez typique mais pas très haut, offre bien des occasions de capturer l'essence même des paysages côtiers bretons. Semblant posé sur un amas de roches patinées par le temps, il agrémente les lieux depuis 1869.. Pour ma part j'arrive sur le parking situé à peine à quelques mètres du phare vers 7h du matin. Je ne suis pas la première voiture. 

web j3-4.jpg

Visiblement une autre personne, dans l'habitacle allumé du véhicule stationné à côté de moi, attends aussi que la noirceur de la nuit se dissipe un peu pour aller braver les éléments et le vent visiblement bien présent.

Après quelques minutes passées dans, la voiture chahutée par le vent, je prends mon courage à deux mains pour aller défier 

les Korrigans et me mets en route. Seul sur la plage au début de l'heure bleue, il ne me reste qu'à profiter du spectacle. L'autre personne est visiblement allé se positionner de l'autre côté du phare me laissant libre court pour profiter des lieux. A cette heure, le trépied est indispensable afin de pouvoir shooter à 100 ISO et garder une qualité d'image optimale. J'arpente donc les lieux avec celui-ci et trouve plusieurs spots intéressants profitant des nombreux rochers présents sur la plage pour apporter profondeur aux photos réalisées et pour améliorer le cadrage de celles-ci. 

Peu à peu la lumière du jour vient balayer l'obscurité présente un tout autre aspect au rivage. Le panorama réalisé ci-dessous (panoramé réalisé sur base de huit photos verticales)  allant jusqu'à nous donner l'impression d'un lieu paradisiaque où l'on passerait bien volontiers quelques heures à profiter du soleil une fois qu'il sera réellement levé !  

web j3-26.jpg

Pour ma part, je ne resterai pas sur les lieux si longtemps. Je me balade un peu et trouve, à l'arrière du phare, un petit endroit bien sympathique permettant d'avoir une jolie vue arrière de celui-ci. J'y retrouve d'ailleurs l'autre photographe, Après plus d'une heure à arpenter les lieux, je décide de me remettre en route vers mon second spot du jour ; Ménez Ham.(ou Meneham).

web j3-37.jpg

Situé à moins de 15 minutes en voiture du phare de Pontusval, le village de Meneham, laissé un temps à l'abandon, a été entièrement rénové à l'identique entre 2004 et 2009. Il se veut aujourd'hui le témoin d'un riche passé qui y a vu se succéder douaniers, militaires et paysans-pêcheurs-goémoniers. Si son poste de garde est assurément photogénique il ne constitue toutefois pas le seul point d'intérêt des lieux. Reste que, rénové comme il l'est, le village a perdu son caractère authentique pour devenir un site historique réhabilité attirant pas mal de  touristes. Malgré cela, quelques vestiges d'un passé pas si lointain sont encore visibles et présentent, pour leur part, un réel intérêt photographique dans un cadre naturel toujours aussi enchanteur ; presque féérique...

Le temps file bien trop vite. Le soleil est déjà bien haut dans le ciel. Les meilleures heures matinales sont maintenant derrière moi. Je compte toutefois bien profiter de chaque moment pour explorer la région. Pour les meilleures lumières, il faudra attendre la fin de journée mais, dans l'intervalle, il reste toujours possible de mettre à profit la chance d'être sur place pour ramener quelques belles images. Il faudra peut-être juste être un brin plus créatif.

Sur le trajet qui doit me mener, fin de journée, à la pointe Saint-Mathieu, j'ai identifié deux principaux points d'arrêts. D'un part, la presqu'île Saint-Laurent pour la vue qu'elle offre sur un phare en haute mer et, d'autre part, passant par la région des abers, l'Aber Ildut. Mais n'allons pas trop vite car, avant même d'arriver sur mon premier spot, un arrêt imprévu s'offre à moi au port de  Paluden. L'arrêt ne sera pas très long mais, comme ce fut le cas la veille, cherchant à prendre quelques images de vieux bateaux échoués à marée basse, je ne peux résister.  L'approche de celui-ci ne sera pas aisé et, comme autour du Mont Saint-Michel, c'est les pieds bien enfoncés dans la vase que je trouve ce que je veux. Le traitement en couleur sélective réalisé ici a pour objectif de mettre en avant le sujet principal et permet aussi d'éviter une photo un peu moins intéressante du fait d'une lumière crue de ce milieu de journée. Après deux ou trois autres clichés, je me remets en route vers la presqu'île Saint-Laurent...

web j3-70.jpg
web j3-112.jpg

Autre halte imprévue, quelques kilomètres à peine avant d'arriver à destination, un nouveau petit port déserté par la mer. Le lieu à l'air intéressant. Je sors de la voiture espérant pouvoir aller un peu explorer les lieux, mais essuie directement une grosse drache digne de la Belgique. Je ne m'aventure donc pas près des bateaux mais profite uniquement d'un joli petit arc-en-ciel qui pointera le bout de son nez quelques instants plus tard.  Je reprends donc très vite la direction de la presqu'île et, après une halte dans une boutique vendant des produis régionaux, commence à explorer les lieux. La presqu'île n'est pas très grande (en faire le tour ne prends que 2 kilomètres) mais offre quelques jolies vues. Après une dizaine de minutes de marche, j'aperçois le phare du four pour la première fois.  N'ayant avec moi qu'un 200 mm, je comprends vite que je ne pourrai avoir réellement de gros plan de ce dernier... il faudra que je m'équipe mieux à l'avenir ! En outre, le temps mitigé offrant à peine quelques rafales de vent, il ne me permettra certainement pas d'obtenir des images telles que j'ai eu l'occasion d'en voir sur le web avant mon départ ; image de ce phare presque submergé par les flots du fait des vagues s'écrasant sur son socle, Tout cela ne m'empêche pas de profiter des lieux et d'imaginer ce que donnerait une séance photo en pleine tempête. Cela doit être réellement impressionnant ! 

Après cette bonne bouffée d'air, je reprends la route direction l'Abed Ildut pour une petite randonnée de quelques kilomètres le long des berges de ce bras de mer pénétrant dans les terres. Situé dans le Finistère, Aber-idult est un des multiples abers que l'on peut trouver en Bretagne. Lieu de randonnée typique, à explorer de préférence pendant que la mer monte, les paysages souvent paisibles et verdoyants qui entourent ces lieux sont un régal pour les yeux et raviront, à coup sûr, les amateurs de nature.  L'itinéraire réalisé me permettra de profiter pleinement des lieux et d'en garder quelques traces intéressantes avant de me remettre en route pour ma dernière étape du jour : la pointe de Saint-Mathieu

web j3-119.jpg

Arrivé bien à temps sur place, je pars confiant à la recherche de différents spots photos espérant trouver un endroit magique pour cette fin de journée. C'était sans compter le monde présent sur le site. L'endroit est loin d'être désert... et pas seulement de touristes venu admirer les lieux... mais aussi de photographes visiblement bien équipés et prêts à passer, comme moi, une bonne partie de la fin de journée à attendre un de ces clichés magiques que l'on peut espérer obtenir dans de tels lieux. Nombre d'entre eux sont déjà en place, trépieds posé, prêts à shooter !.

Qu'importe, je parcours d'abord le site sur base du petit itinéraire que je m'étais préparé. J'en profite pour en percevoir tout le potentiel et m'imprégner de l'ambiance qui règne ici.  Contraste  est  le mot qui me  trotte  alors  dans  la  tête. 

web j3-143.jpg

Tout est contraste ! Contraste entre le fracas  des  vagues  contre   les  rochers  et  le  léger  bruit  du  vent caressant les herbes hautes des plaines alentours, contraste entre la lumière éclatante d'un soleil perçant au travers de nuages menaçants et la grisaille par ailleurs bien présente, contraste entre les vieilles pierres grises des ruines de l'abbaye Saint-Mathieu de fine-terre et la blancheur éclatante du phare actuel et de son ancêtre. Tout est contraste. Et voilà que même le temps s'y met et qu'alternent les périodes   de temps  sec et  des  averses

web j3-189.jpg

de tout types... de temps sec et des averses de tout types... allant même jusqu'à des moments de grêle. Pas simple pour les photos mais cela a l'avantage de contribuer au départ de nombre de personnes présentes sur le site pour me le laisser presque désert. Seuls les plus motivés et les mieux équipés restent en place. L'avantage d'un tel temps est qu'il offre des paysages multiples et tous plus intéressant les uns que les autres... bien plus intéressants en tout cas qu'un beau ciel bleu totalement vide de nuages. Difficile de choisir parmi toutes les images prise en cette fin de journée celle qui clôturera cette partie. J'ai finalement  choisi  la  photo  ci-contre  qui  me  semble  bien  traduire  les contrastes présents ce jour-là.... mais  bien  d'autres  photos  auraient  mérité  d'être  mises  en  avant.

Je les joins dans le diaporama ci-dessous espérant qu'elle vous donneront une juste idée de ce qu'a pu éveiller en moi mon passage en ces lieux.