L'ardoisière de Martelange

Bastogne-132.jpg

Histoire de la photo en quelques mots :

Le hasard fait bien les choses ! En effet, cette photo a été prise lorsque je suis tombé par hasard sur le site de l’ancienne ardoisière de Martelange. J’étais en fait entre deux spots photos identifiés dans la région, entre Nobressart (l’un des plus beaux villages de Wallonie) et une randonnée initialement prévue pour la fin de journée qui aurait du m’amener au rocher du Hérou ; randonnée que j’ai finalement choisi de reporter !  Attention, bien qu’accessible au public lorsque je m’y suis rendu, le site à l’abandon nécessite toutefois une certaine prudence !

Exhif finaux :

1/4000 s.

F/5.6

ISO 640

24 mm (Tamron SP 24-70mm F2.8  DI VC USD G2)

Après les réflexions sur le micro et le macro-positionnement, nous profiterons de ce nouvel arrêt sur image afin de voir comment la composition peut renforcer l'intention photographique et contribuer à faire passer un message. En effet, toute image n'est autre que l'invitation pour le spectateur de se construire ses propres histoires autour de celles-ci... reste donc à voir comment influencer l'orientation que prendra cette dernière !

Etapes de création

Etape 1 : Suivre son intuition...

Si, lors de l'arrêt précédent, nous avons vu toute l'importance de la préparation,
cette étape nous montrera combien il est aussi parfois important de suivre son intuition.

En effet, ici, pas de préparation mais un arrêt improvisé.​

En passant sur la route de Bastogne, à la hauteur de Martelange, voilà que je vois au loin
une ancienne cheminée et un bâtiment suspendu signe d’un site industriel qui directement
me semble potentiellement intéressant. Ecoutant mon intuition, et malgré que mon timing
ne me le permet pas,  je ne résister à m’arrêter pour aller voir de plus près. La cheminée et
la bâtisse (en réalité le renvoi des câbles du puits de cette ancienne ardoisière) attirent mon
regard et me semblent un sujet idéal pour mettre en avant ce site. Reste à voir comment
l’exploiter.

Ma première image, des plus classique et, je trouve, sans grand intérêt. Elle montre ces deux sujets dans leur environnement avec, à l’avant-plan, d’autres bâtiments du site. En fait, il n’y a pas de réel avant-plan et l’image ainsi obtenue, bien qu’équilibrée, est plate et sans réel intérêt (si ce n’est de traduire objectivement et relativement fidèlement ce qui se présente à moi). Ce n’est pas du tout ce que je souhaite pour tenter de faire ressortir l’âme de ce lieux qui a dû être le cadre de nombreuses histoires de vie… et pas des plus simples.

martelange.jpg

Etape 2 : A la recherche d'un avant-plan renforçant le message à faire passer

A la recherche d’un avant plan plus intéressant pouvant guider le regard vers les sujets principaux que je voulais traiter, je m’aventure à l’intérieur du site. J’explore celui-ci à la recherche de débris divers qui pourraient accentuer le caractère délabré et ancien des lieux. Etant sur un site relativement laissé à l'abandon je me dis que cela ne devrait pas être trop difficile.


Après un peu d'exploration, je trouve quelques tas de vieilles pierres et, sur l'un d'eux, un long morceau de ferraille qui pourra peut-être guider le regard vers la cheminée placée en arrière plan.

 

Après quelques essais réalisés je ne trouve pas l'angle qu'il me fait et  les essais réalisés ne sont pas concluants. L’avant plan trouvé n’est d'ailleurs pas spécialement intéressant. Ni beau, ni accrocheur, il guide certes le regard vers l'arrière plan mais pas spécialement là où je voudrais qu'il arrivé. Trop fin et mal orienté, il ne sert pas réellement la composition.

martelange-2.jpg

Etape 3 :  Eureka, j'ai trouvé !

Je poursuis donc mon exploration et découvre alors une ancienne machinerie. La vieille courroie rouillée ( bon, je ne suis pas expert mais j’imagine qu’à l’image vous comprendrez ce dont je parle) tendue entre les deux rouages restant sur la machine me semble particulièrement intéressante pour guider le regard.

 

L’aspect de la machinerie rouillée renforce en outre bien l’idée que je voulais faire passer d’un lieu chargé d’histoire. La ligne directrice offerte par celle-ci me semble plus adéquate à exploiter.  Plus imposante, elle s'équilibre bien mieux avec la composition générale de l'image.

 

Je me positionne d’abord à droite de celle-ci, ensuite à gauche, à la recherche de l’angle qui me convient le mieux.  Lorsque la machinerie est située à gauche de la cheminée, le regard est dirigé en plain cœur de l'image.  La voir ainsi me donne un impression d'oppression que je ne ressens pas dans la seconde prise de vue lorsque je positionne la cheminée à l'extrême gauche de la photo.  Contrairement à ce que j'aurais pu croire au départ, l'ouverture que crée la composition en laissant le choix au regard de poursuivre son trajet vers l'arrière plan et le ciel ou de rester entre la cheminée et la machinerie fonctionne bien mieux me semble-t-il. et renforce même l'impression de nostalgie que je souhaite donner à la photo finale... comme un regard égaré sur le passé ! 

martelange-3.jpg
martelange-4.jpg

Etape 4 : Donner de l'importance au(x) sujet(s) principal(aux)

En format paysage, la composition est intéressante mais laisse trop d’espace peu exploité à droite ou à gauche de la cheminée (selon l’angle choisis). En outre, je me dis à cet instant que le format paysage ne rend pas honneur à cette dernière ni à la hauteur à laquelle culmine le bâtiment.

Je choisis donc de tenter le coup en format portrait mais ne suis pas convaincu par cet essai. Le caractère imposant de la machine au premier plan rend les bâtiments de l’arrière-plan fort petit et finalement assez perdu dans la composition en portrait. Il y a trop de ciel au-dessus des bâtiment et l’importance de la place laissée au ciel dans ce format renforce cette impression d’écrasement que je ne souhaite pas. Le temps passe, la fin d’après-midi donne toutefois une lumière intéressante au lieu et le soleil qui perce par moment au-dessus du corps principal de l’usine, bien qu’intéressant à intégrer dans la composition, complique la prise de vue qui, de cet endroit, est en plein contre-jour.

Je règle donc mon appareil afin de maximiser l’exposition  et en m’assurant que je perdre le moins possible d’information dans le ciel. J’expose donc en étant attentif à ce que rien ne soit brulé dans le ciel. Mon histogramme correctement placé à droite, l’image obtenue ainsi avant post-traitement est évidemment fort sombre mais me permettra de récupérer un maximum de détails dans les basses lumières sans rien n’avoir perdu dans les hautes lumières.

Bon, d’accord, vous me direz que je pense à tout cela et que je shoote toutefois à un ISO 640 et à une vitesse de 1/4000e… pourquoi ? Parce que comme tout le monde je fais des erreurs. A ce moment je n’avais pas encore renoncé à ma randonnée du soir et étais donc trop pressé… ce n’est jamais bon en photo et cela amène inévitablement à des erreurs. Bref évidemment qu’il aurait fallu bloquer mes iso à 100 pour réduire la vitesse et maximiser la qualité de l’image. Autant pour moi… mais heureusement une valeur d’ISO à 640 reste tout à fait correcte aujourd’hui en termes de qualité d’image !

Quoi qu’il en soit, après deux ou trois essais je sens toutefois que je suis proche de ce que je souhaite. En réalité, en gardant le format portrait et en reculant encore un peu je pourrais probablement recadrer ma photo en post-traitement au format carré afin de supprimer tant la partie du ciel que celle du sol qui n’apportent rien à la composition.

Ce faisant je pourrai donc ôter les éléments qui minimisent la place laissée aux sujets principaux et permettrai alors réellement à ceux-ci de prendre toute l’importance qu’ils méritent.

martelange-5.jpg
martelange-6.jpg

Etape 5 : Le post-traitement au service de l'histoire à raconter

Effectivement, le résultat me convient ici parfaitement. L’ancienne machinerie au premier plan, par sa structure, ses couleurs, son aspect général vient bien renforcer le caractère nostalgique que je voulais donner à la composition. Elle guide en outre maintenant bien le regard vers mon arrière-plan. Si ce qui initialement devait être le sujet principal de la photo partage à présent la vedette avec mon premier plan, je n’y vois en réalité qu’une plus-value pour la composition totale ; le regard voyageant à présent entre premier et second plan, tous deux intéressants et tous deux participant à renforcer l’intention photographie initiale, montrer un lieu chargé d’histoire de vie, d’histoire de vies complexes, difficiles, rudes, comme l’a été le temps avec le site tel qu’il se donne à voir aujourd’hui.

Pour ne rien gâcher, la lumière de fin d’après-midi et le soleil tentant de percer à travers les nuages renforce encore la nostalgie globale qui se dégage de l’image. Le post-traitement automatique a ici presque suffit à obtenir l’image que je voulais. A peine ais-je du renforcer un peu les orange et les jaunes en diminuant leur luminance pour obtenir l’effet final escompté.

martelange-avnt dernier.jpg
martelange-7.jpg